Articles by Maman Oiseau

Grossesse – « Chut! C’est (encore) un secret… »

Il y a presque deux mois…. nous apprenions, Papa Cigogne et moi, que nous attention un drôle d’oeuf pour septembre prochain. Quelle surprise (bon en vrai, on l’avais bien cherché mais…. on y croyais pas!). A jamais restera gravé dans ma mémoire ces quelques minutes qui ont semblé s’écouler au ralentis. Celles où on se dit que ce doit être une erreur, que ce n’est pas vrai. On a beau secouer le petit test en plastique avec embout tout rose… le résultat reste le même: deux barres… enceinte!

Pour dire vrai, un autre moment restera gravé. Le jour où on l’a acheté, ce test. C’est Papa Cigogne qui y est allé, j’étais au volant, dans la voiture. Je l’ai vu, à travers la vitre, choisir avec soin. Un détail ne m’a pas échappé. Son immense sourire à la place du bec. A ce moment là, j’ai su ce qui allait suivre. Je ne sais pas pourquoi ni comment, mais je savais. Ca ne nous a pas empêcher d’attendre plus d’une semaine! Je m’étais auto-persuadée qu’on allait être déçu. Je voulais nous protéger d’une nouvelle déception.

Il faut dire que depuis notre mariage (en août dernier)… les questions se font pressantes. J’en avais fait part autour d’un cappuccino à la bande de drôle d’oiseaux précieux émigrés à Paris. Je ne supportais plus cette pression sociale de faire un enfant à l’approche de mes 30 ans… c’est surtout que ça me pesait de devoir répondre par la négative à chaque fois. « Non, pas encore. Mais bientôt… » Bientôt… je ne croyais pas si bien dire! Le plus drôle c’est que ce jour là, autour du cappuccino, petit moineau était déjà là!

Le lendemain, je me suis précipitée au labo pour faire une prise de sang… L’attente fut insupportable! Heureusement que c’est tombé un jour de congés… Papa Cigogne et moi, on a été in-ca-pables de faire quoi que ce soit ce jour là.

Impossible de ne pas informer mes parents. Pépé & Mémé Coin-Coin l’ont su très vite. Dans les heures qui ont suivi le résultat de la prise de sang. D’ailleurs, quand on l’a eu, ce résultat, ils étaient là! Nous étions tous les quatre dans la voiture…. Papa Cigogne s’est tourné vers moi, et m’a fait un discret signe de tête. Une larme de bonheur à roulé sur son doux plumage. Encore un instant que je n’oublierais jamais! Le soir, on s’est arrangés pour se retrouver au restaurant de mon oncle avec mes parents et mon frère. L’annonce fût soudaine et maladroite, on n’avait rien prévu du tout mais peu importe! Le plus joli c’est qu’on ne voulait pas que toute la famille soit au courant, on a du être discret. Pas d’embrassades, pas d’effusion de joie. Tout était dans les regards. Et c’était si beau!

Et puis… l’attente.

Longue.

Parfois insupportable!

L’attente du cap des trois mois pour pouvoir l’annoncer aux espèces ailées du monde entier.

La peur de la fausse couche.

Sondage de mon corps de mouette dès le réveil.

Livraison de nausées et de douleurs de poitrine.

Une mauvaise nouvelle sur le chemin du bonheur: mon taux d’hormones n’évolue pas correctement. On nous dit qu’on ne gardera peut être pas ce bébé. Choc thermique. Séisme sous peau. Et enfin délivrance. Il est bien là, il fait la taille d’une groseille. Son coeur bat. Halleluia!

Colère – L’Art, c’est mon Plan A

C’est mon métier. C’est ma passion.
C’est mon plus grand rêve.
C’est la raison pour laquelle je vis.
C’est un besoin viscéral qui m’habite depuis mes 15 ans.
C’est un mode de vie. 
C’est la seule chose que je veux faire de toute mon existence.
Pourtant je n’y arrive pas toujours.
Être artiste c’est foutre le flip à tes parents.
C’est avoir des convictions et se battre pour les respecter. C’est faire des concessions, renoncer à certaines choses pour en obtenir d’autres. C’est avoir la foi. En la vie, en les autres. Croire que peut être, l’espace d’un instant, on peut faire passer un message ou une émotion et changer quelque chose.
Etre artiste, ce n’est pas moins bien qu’être médecin ou avocat. Ce n’est pas mieux qu’être plombier ou coiffeur.
C’est un métier qui nous choisi autant qu’on le choisi, autant qu’on s’y accroche, parfois jusqu’à s’en décoller les ongles et tout le coeur.
C’est indéniablement, amoureusement, passionnément, douloureusement mon plan A.

 

Réaction à la bêtise de Madame Angot chez Mr Ruquier qui a osé dire, avec un grand aplomb et presque émue par ses propres paroles, « quand on est artiste, c’est toujours un plan B (…) C’est toujours le résultat d’un échec de devenir artiste en fait« .

Lecture – « En attendant Bojangle »

Je sais, je sais.

J’ai du retard dans mes lectures!

Il y a peu de temps, un ami m’a offert « En attendant Bojangles » d’Olivier Bourdeaut. Je cherchais – je cherche toujours un nouveau roman à adapter au théâtre. Avant même de lire le bouquin, je savais qu’il avait déjà été adapté et que c’est un succès (je n’ai pas vu le spectacle mais les critiques sont élogieuses !)

« En attendant Bojangle », c’est l’histoire d’un petit garçon qui mène une vraie drôle de vie. Ses parents farfelus n’ont que faire des règles, et tout est permis! Les jeux sont de rigueur et l’on danse à longueur de journée sur du Nina Simone. On s’enfuit en Espagne dès qu’un orage éclate et l’on partage à tour de bras l’Amour, avec un grand A. Une véritable aventure poétique et tendre où on ne manquera pas de verser une larme…

J’ai découvert cette histoire avec autant de tristesse que de délectation. C’est exactement le genre d’univers qui me transporte, qui me prend le cœur et l’âme avec douceur et volupté. Un délice. C’est d’une folie si colorée, d’une bizarrerie si douce! Chaque phrase est un entremet au chocolat dont on se délecte.

Exactement le genre d’écriture que je veux porter à la scène. J’avais des tonnes d’images, comme un vol de moineaux au dessus de ma tête. Exactement le genre de rêve que je veux bien charger sur mes épaules et alimenter des années durant.

Mais quelqu’un l’a fait avant moi il faudra me résoudre ! Alors j’attends patiemment ma prochaine venue à Paris pour aller découvrir le spectacle. Voir comment ils ont fait. Leurs choix, leur propre lecture !

Début 2018, Olivier Bourdeaut a sorti sont second roman: « Pactum Salis »…. je l’ajoute à ma (longue) liste de lecture !

Edit: en recherchant la couverture du livre, j’ai découvert que le roman avait aussi été adapté en BD par Ingrind Chabbert et Carole Maurel! Pour en savoir +, cliquez ici!